Vie quotidienne

Découvrez nos articles pour vous aider dans votre vie quotidienne ! 
Conseils alimentation, déplacements, etc.

7 Articles disponibles

Page(s) : 1 2

Perte d’autonomie : aménager et adapter son logement

Perte d’autonomie : aménager et adapter son logement

Des aménagements indispensables, parfois même très simples à mettre en place, peuvent permettre à une personne âgée de continuer à vivre dans son domicile en sécurité et confortablement.

 

Diagnostiquer les adaptations nécessaires pour son logement

 

Afin de choisir les adaptations adéquates à votre situation et votre logement, rapprochez-vous d’un ergothérapeute.  

L’ergothérapeute intervient au domicile pour analyser le logement et les habitudes de vie de la personne. Il a pour objectif : l'identification des difficultés rencontrées au sein de son domicile ; l'analyse des risques de son environnement ; le conseil de solutions adaptées. 

Pour bénéficier de l’intervention d’un ergothérapeute, vous pouvez vous adresser à plusieurs organismes.

  • Ils peuvent être mandatés directement par les organismes participant au financement de travaux d’aménagement du logement (caisses de retraite, l’ANAH - agence nationale de l’habitat...) ;
  • Le dispositif Bien chez moi par l’AgircArrco ;
  • L’équipe mobile d’ergothérapeutes du Crias Mieux Vivre : Pour obtenir une évaluation par un ergothérapeute du Crias, contactez CRIAS Mieux Vivre au 04 78 62 98 24 ;
  • Faire appel à un ergothérapeute indépendant. Vous pouvez consulter l'annuaire en ligne des ergothérapeutes.

 
Vous pouvez aussi prendre rendez-vous pour visiter l’appartement ELSA à Lyon. Ce logement adapté recense les équipements et adaptations existantes sur le marché. C’est une vraie mine d’informations et d’inspirations, mis à disposition par le Crias Mieux Vivre.  

Si vous êtes abonné Alerte, participez à notre visite gratuite de l’appartement ELSA (vendredi 20 septembre). Inscriptions et informations au 04 37 24 28 18.

 

Aménager son logement : les indispensables pièce par pièce


Avec l’âge ou le handicap, le risque de chute augmente. Or les chutes représentent le premier facteur d’hospitalisation ou de départ en établissement spécialisé. C’est pour ces raisons que l’adaptation du logement doit être pensée sérieusement. 

 

L’éclairage

En premier lieu, bien éclairer son logement est important. Une mauvaise luminosité peut favoriser une chute. Il faut veiller à ce que le niveau d’éclairage soit suffisant dans tout le logement. Pensez à multiplier les sources de lumière. Les éclairages qui s’allument automatiquement par détection de mouvement sont une solution très pratique. Pensez à notre offre de téléassistance avec éclairage intelligent !

 

La cuisine 

Pour aménager la cuisine de manière sécurisée et fonctionnelle, il faut tout d’abord désencombrer les sols. Les objets lourds doivent être disposés en bas des placards et les portes toujours bien fermées. Pour plus de praticité, les rangements peuvent être organisés en fonction de la fréquence d’utilisation des produits. Mettez les produits à usage quotidien à portée de main !

 

Les escaliers 

Une maison avec des escaliers peut être un véritable calvaire quotidien pour une personne âgée ou handicapée. 

Aménagez le rez-de-chaussée pour qu’il comporte l’essentiel dont une personne a besoin au quotidien. L’installation d’un monte escalier électrique peut aussi faciliter les déplacements d’un étage à l’autre. 

 

Les couloirs 

La règle d’or est de désencombrer tous les espaces de passage pour éviter les obstacles au sol. Les tapis sont à éviter car ils sont souvent source de chutes accidentelles, peu importe la pièce où ils se trouvent.

 

La salle de bain

La salle de bain est une pièce propice aux accidents domestiques tels que les glissades. Des aménagements spécifiques sont indispensables dans cette pièce.  

Optez pour l’installation de barres d’appui dans votre douche ou baignoire ainsi qu’à la sortie de celle-ci. Pensez aussi aux tabourets conçus pour la douche et aux tapis antidérapants.

Enfin, il est peut-être intéressant d’envisager de remplacer la baignoire par une douche sans marche. Ce dernier aménagement n’est pas indispensable mais peut se révéler plus confortable en cas de mobilité très limitée.

Si la personne est en fauteuil roulant, privilégiez les rangements au mur pour libérer l’espace au sol.

 

Les toilettes

Pour faciliter le passage aux toilettes, l’installation d’une barre d’appui est conseillée. La mise en place d’un rehausseur pour les toilettes est une commodité supplémentaire. 

 

La chambre

Organisez la chambre de manière à ce qu’elle ne comporte pas non plus d’obstacles. Au cours des déplacements nocturnes, les risques sont accrus.

Il est aussi possible de surélever un lit pour passer plus facilement d’une position assise à debout. 

 

Quel budget pour aménager son logement ?

 

Il est possible d’adapter un logement avec de petits changements à moindre coût. Pour un aménagement plus conséquent, le budget peut rapidement augmenter pouvant aller de 6 000 € à 10 000 €.

 

Quelles sont les aides financières pour adapter son logement ?

 

Pour financer ses aménagements parfois lourds financièrement, il existe plusieurs aides.

L'aide principale est celle attribuée par l'ANAH (Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat). Les aides peuvent aller de 35 % à 50 % du montant total des travaux. Retrouvez plus d’informations sur le site de l'ANAH

Certains travaux d’aménagement peuvent être pris en charge dans le cadre de : 

  • l’APA (allocation personnalisée d'autonomie) attribuée et versée par le conseil départemental,
  • la PCH (prestation de compensation du handicap) attribuée par la Maison Départementale des Personnes Handicapées et versée par le conseil départemental.
  • Certaines caisses de retraite complémentaires proposent parfois des aides. 

 

Enfin, le crédit d’impôts peut aussi être accordé pour les dépenses relatives à certains équipements. Pour en savoir plus, consulter le site service-public.fr.

 

Lire la suite
La fin du RTC : ce qu'il faut savoir

La fin du RTC : ce qu'il faut savoir

Rassurez-vous, la fin des lignes téléphoniques n’est pas pour demain ! Si certaines personnes ont déjà dû opter pour une autre technologie, la majorité des français ne verra aucun changement avant 2023.


Qu’est-ce que le RTC ?

 

Le RTC (Réseau Téléphonique Commuté) est une technologie mise en place par France Telecom dans les années 1980. C’est elle qui permet de passer des appels téléphoniques depuis un poste personnel relié au réseau public.


fin du RTC
 

Vers la fin du RTC

 

Depuis le 15 novembre 2018, Orange ne crée plus de ligne RTC pour les particuliers. Toute personne qui emménage dans un nouveau logement doit désormais utiliser une autre technologie : l’IP.

En revanche, les lignes RTC déjà actives en France sont toujours actives. A partir de 2023, Orange va progressivement couper ces lignes. Cette interruption de signal se fera zone par zone sur une période de 7 ans.

Il n’y a donc pas d’urgence !

 

Quelle solution pour remplacer le RTC ?

 

C’est l’IP (Internet Protocol) qui va succéder au RTC. Elle est plus moderne et performante face à une technologie devenue obsolète.

Elle fonctionne grâce à un boîtier numérique branché sur la prise téléphonique murale. Le téléphone fixe est ensuite connecté à ce boîtier.

Si vous possédez une box internet, votre ligne téléphonique est déjà connectée en IP. Ce changement n’aura donc aucune incidence pour vous.

En revanche, si vous avez toujours une ligne classique, il faudra envisager ce changement dans les prochaines années. Sachez que vous pouvez d’ores et déjà faire la demande d’un boîtier auprès d’Orange, qui s’est engagé à les fournir à titre gratuit. Si vous possédez un appareil ancien non compatible avec l’IP, il faudra le remplacer par un modèle plus récent, compatible avec la technologie IP.

  

Qu’est-ce que ça change pour la téléassistance ?

 

Certains appareils de téléassistance actuellement branchés sur les lignes téléphoniques RTC ne seront donc plus fonctionnels.

Les personnes qui ont souscrit une offre avec option Carte SIM (GPRS) et possèdent une box ne sont pas concernées car leur matériel est indépendant de la ligne téléphonique.

Si vous avez une ligne téléphonique classique : soyez rassurés ! Alerte est déjà en train de déployer de nouveaux appareils compatibles avec la technologie IP. Les délais d’action sont grands ! Ainsi, nous prendrons contact avec les abonnés concernés dans les délais pour qu’ils ne subissent aucune coupure de service.

Lire la suite
Vieillir sereinement à domicile grâce aux objets connectés

Vieillir sereinement à domicile grâce aux objets connectés

La France connaît depuis quelques années un vieillissement de sa population. Ce phénomène s’inscrit comme un véritable enjeu, obligeant la société à repenser la prise en charge de la vieillesse.

En 2050, le nombre de personnes de plus de 60 ans est estimé a 22,3 m soit 1/3 de la population française ! Pour répondre à l’espérance de vie en progression et au vieillissement grandissant de la population, de nouvelles solutions se développent sur le marché de la technologie pour les seniors. 

L’assistance technologique s’envisage comme une solution possible au maintien à domicile grâce à l’émergence des objets connectés. La téléassistance n’hésite pas à s’allier avec ces objets ; une alliance considérée comme un compromis pour aider les seniors et leurs proches au quotidien.

  

Les objets connectés, qu’est-ce que c’est ?

 

Également appelés « internet des objets », les objets connectés sont des outils qui captent, stockent, traitent et transmettent des données pouvant recevoir et donner des instructions. Ces appareils agissent comme des capteurs, et détectent ce qui se passe dans leur environnement et ce qui arrive à leurs utilisateurs.  

Cette assistance technologique promet de répondre au besoin de vieillir à domicile sereinement, tout en préservant l’autonomie des personnes fragilisées. Son intérêt est de collecter des données, utilisées pour établir une évaluation générale des conditions de vie de l’utilisateur.  

Cette évaluation alertera les proches et aidants professionnels en cas de variations contrastant avec les données habituellement enregistrées.


8 appareils adaptés pour vieillir sereinement à domicile


infographie les objets connectés pour seniors


De nombreux objets connectés sont disponibles sur le marché des seniors. Certains sont capables de contrôler le chauffage d’une pièce en analysant sa température, d’autres rappellent à leurs utilisateurs de prendre leurs médicaments. 

Plusieurs concepts innovants ont vu le jour ces dernières années pour répondre à des problèmes courants chez les aînés :

  • La montre connectée : équipée d’un GPS paramétrée, elle envoie une notification aux proches si l’utilisateur s'éloigne de sa zone habituelle (lieu de résidence). 
  • La ceinture anti-fracture : dotée de capteurs 3D, elle ne détecte pas seulement les chutes pour les signaler immédiatement, mais protège aussi son utilisateur grâce à des airbags réduisant le risque de fracture de la hanche. 
  • Le gobelet anti-déshydratation : déjà adopté en EPHAD et bientôt proposé aux particuliers, le verre est équipé de capteurs capables de renvoyer des données relatives à l’hydratation de son utilisateur pour s’assurer qu’il boive en quantité suffisante. Il émet un signal lumineux pour rappeler à son utilisateur de s’hydrater durant la journée.
  • La canne connectée : équipée d’un GPS et de capteurs, elle est bien plus qu’une aide au déplacement. Les familles peuvent géocaliser leur proche partout où il va, et lui indiquer le chemin à prendre pour ne pas se perdre.
  • Le pilulier intelligent : grâce au pilulier classique, la prise de médicaments est déjà facilitée en évitant tout risque d’oubli ou de surdosage. En revanche, le pilulier intelligent se différencie par sa synchronisation avec un smartphone ou une tablette. Il s’allume lorsque les médicaments doivent être pris. En cas d’oubli, il alerte automatiquement la famille ou le médecin soignant du senior. 
  • Le bijou connecté : généralement représenté sous la forme d’un médaillon ou d’un bracelet, le bijou est équipé d’un GPS, permettant de localiser son utilisateur et d’alerter ses proches en cas de chute. L’utilisateur appuie simplement sur un bouton et est en contact direct avec un centre d’assistance. 
  • La semelle connectée : dotée de capteurs destinés à détecter et prévenir les chutes chez les aînés, ce concept est discret, se plaçant dans les chaussures de l’utilisateur. En cas de chute, les capteurs alertent les proches par SMS, sans souscription à un abonnement téléphonique ou internet.



L’association Alerte s’est engagée à tester ces produits afin de proposer aux abonnés les meilleures solutions disponibles sur le marché de la téléassistance. Certains de ces dispositifs présentent des limites en termes de fiabilité et d’efficacité au quotidien. C’est pourquoi Alerte ne vous propose que les dispositifs les plus fiables à ce jour.


Lire la suite
Conduite : jusqu'à quand ?

Conduite : jusqu'à quand ?

La conduite est un vrai moyen d’autonomie et de liberté pour les personnes âgées. Pourtant, c’est une activité qui nécessite de très bonnes capacités physiologiques et cognitives qui ont tendance à se dégrader dès 45 ans. Continuer ou non à conduire est parfois un sujet de tensions entre les différents intervenants : la volonté de la personne âgée, les recommandations du médecin et les avis de l’entourage peuvent diverger.

Nous vous donnons quelques clés pour prendre cette décision en toute sérénité.

conduite senior

L’état de santé : vue, ouïe, mobilité, vigilance


1) Faire le point sur vos capacités

Il est nécessaire d’évaluer objectivement vos capacités visuelles, auditives et physiques (mobilité des membres).

Si vous n’êtes pas sûr d’avoir un jugement objectif, vous pouvez réaliser ce court bilan en présence de l’un de vos proches, qui saura vous donnez un avis supplémentaire.

 

2) Les signaux d’alerte 

Certains signes peuvent alerter sur votre baisse de capacités : temps de réaction plus long, stress au volant, attention réduite, conduite plus lente, hésitation, inquiétude de vos proches à l’idée que vous conduisiez…

Si vous remarquez certains de ces signaux, parlez-en à votre médecin et à vos proches.

 

Les conseils pour continuer à conduire après 60 ans 

  • Vous remettre à niveau grâce à quelques heures de conduite avec un moniteur d’auto-école.
  • Faire contrôler votre vue tous les ans par un spécialiste.
  • Vous assurez que vos traitements médicamenteux sont compatibles avec la conduite.
  • Ecouter les professionnels.
  • Vous tenir informé des dernières réglementations du code de la route.
  • Ne pas être dans le déni.

 

 

Arrêter la conduite

Vous êtes conscient que vos capacités à conduire sont moins bonnes qu’auparavant ?

Nous savons l’importance de la conduite dans votre quotidien, c’est pourquoi nous recommandons un arrêt progressif afin de prendre de nouvelles habitudes, pas à pas, pour vos déplacements quotidiens.

Lire la suite
Prélèvement à la source et crédit d’impôts : quel fonctionnement pour 2019 ?

Prélèvement à la source et crédit d’impôts : quel fonctionnement pour 2019 ?


Avec la mise en place du prélèvement à la source dès janvier 2019, beaucoup de questions ont émergé. Les bénéficiaires de réductions ou crédits d’impôt peuvent légitimement se questionner sur le fonctionnement du crédit d’impôt pour l’année 2019.

Le crédit d'impôt en 2019


Avec la mise en place du prélèvement à la source dès janvier 2019, beaucoup de questions ont émergé. Les bénéficiaires de réductions ou crédits d’impôt peuvent légitimement se questionner sur le fonctionnement du crédit d’impôt pour l’année 2019.

Avec le prélèvement à la source, le taux de crédit/réduction d’impôts est maintenu à 50% de vos dépenses engagées pour des services à la personne tels que la téléassistance ou les services d’aide à domicile.

Alors que l’impôt sur les revenus est désormais calculé en temps réel, les réductions/crédits d’impôts sont toujours calculés avec une année de décalage.


crédit d'impôts téléassistance



Versement du crédit d’impôt


Un acompte équivalent à 60% de votre réduction d’impôts acquise au titre de 2018 vous sera versé le 15 janvier 2019.

Comme la déclaration d’impôts 2018 ne sera réalisée qu’au printemps 2019, cet acompte est calculé par l’administration fiscale sur la base de vos dépenses engagées en 2017. Ainsi, si vous n’avez finalement pas eu de dépenses en 2018, l’avance attribuée sera reprise par l’administration fiscale, lors du calcul définitif de votre impôt 2018.

Si vos dépenses engagées en 2018 étaient toujours actives, vous percevrez le solde définitif de cet acompte durant l’été 2019.


Je n’avais pas de téléassistance en 2017 mais j’en ai une en 2018


Si vous n’aviez pas engagé de dépenses en 2017 pour des services à la personne mais que vous en avez eu en 2018, vous percevrez alors vos avantages fiscaux en un seul versement durant l’été 2019.

 

J’avais une téléassistance en 2017 mais je n’en ai plus en 2018


Si vous n’avez pas eu de dépenses ouvrant droit à une réduction ou crédit d’impôts en 2018, l’avance attribuée en janvier 2019 sera reprise lors de la liquidation de votre impôt durant l’été 2019.

 

Lire la suite

7 Articles disponibles

Page(s) : 1 2

  • Expert depuis plus de 40 ans dans la téléassistance

  • Une liaison 24h/24 avec notre centre d’écoute

  • Une maintenance totale du système

  • Une installation sous 48 heures

  • Aucun engagement de durée

  • Un service personnalisé

Nous contacter

Par téléphone 04 37 24 28 18
Du lundi au jeudi de 9h à 17h
Le vendredi de 8h30 à 16h

Par mail : contact@alerte-france.com

1er téléassisteur Certifié NF Service Téléassistance au domicile

Bulletin d'information Suivez-nous
Nos partenaires