Santé

Découvrez nos articles sur la santé des séniors !

6 Articles disponibles

Page(s) : 1 2

Comment éviter les chutes à domicile chez les seniors ?

Comment éviter les chutes à domicile chez les seniors ?

La chute représente la plus grande part des accidents à domicile chez les seniors. Pour autant elle ne doit pas être banalisée. Certaines d’entre elles, dues à des facteurs extérieurs peuvent être évitées grâce à quelques conseils.


Chute à domicile

@Unsplash / Karolina Szczur


Les facteurs de chute

 

Il existe plusieurs causes pouvant provoquer ou favoriser une chute à domicile. Si l’on peut penser que l’âge est la cause majeure et bien c’est faux. Ce n’est pas parce qu’on est âgé que l’on tombe. Dans certains cas, les chutes sont la conséquence de mauvaises habitudes au sein du logement ou de mauvais aménagements.

 

Les principes sécuritaires de base

L’éclairage

 

La majorité des chutes a lieu dans des conditions obscures notamment la nuit lors du trajet lit-toilettes. Il faut bien penser à éclairer les pièces avant de réaliser le parcours. Pour cela, pensez à installer les interrupteurs et les lampes à l’entrée de la pièce dans laquelle vous entrez.

Pour plus de simplicité et de confort, il existe des systèmes d’éclairages automatiques qui détectent le passage. Cette solution est très efficace. C’est pour cette raison que nous proposons une offre de téléassistance couplée à un éclairage automatique : l’Offre Sécur’nuit (lien vers la page de l’offre).

 

Les sols

 

Se prendre les pieds dans le tapis ou sur un objet qui traîne au sol sont des accidents trop fréquents. Lorsque l’on ne veut pas retirer un tapis auquel on tient, on peut tout simplement le fixer au sol avec du scotch double face.

 

Des astuces simples pour sécuriser votre logement

 

Pour ne pas perturber les habitudes de la personne, une adaptation du logement avec quelques aménagements peuvent permettre de garder ses repères. Dans ce but, voici quelques astuces simples et économiques.

 

La cuisine

 

  • Ne rien laisser dans le passage
  • Bien nettoyer le sol pour éviter de glisser sur une tâche de gras par exemple
  • Ne pas surcharger les placards
  • Mettre les objets usuels à portée de mains plutôt qu’au fond du placard

 

Les toilettes

 

Si l’on éprouve des difficultés à se relever des toilettes, on peut mettre en place :

  • un réhausse-wc
  • des barres d'appui à visser (éviter les barres à ventouses pour plus de sécurité)

 

La salle de bain

 

Le moment de la toilette doit rester un moment de plaisir quotidien.

Il n'est pas toujours nécessaire de transformer sa baignoire en douche pour être en sécurité. De petits aménagements peuvent très bien convenir selon la situation et les habitudes de la personne. Voici quelques exemples :

Pour une toilette autonome,

  • un tapis antidérapant
  • des barres d’appui à visser

Pour une toilette assistée,

  • un siège de bain pivotant
  • un tabouret avec assise rotative
  • une planche de bain

 

La chambre

 

Les lits sont parfois trop bas pour une personne âgée. Plutôt que d’investir dans un lit médicalisé, pensez aux plots élévateurs qui permettent de surélever le lit sans modifier l'apparence du lit.

Une potence sur pied peut également aider à se redresser en toute simplicité.

  

Grâce à notre partenaire, le CRIAS (Centre du Rhône d'Information et d'Action Sociale en faveur des retraités et personnes âgées), vous pouvez découvrir et tester du matériel gratuitement au sein d’un appartement de démonstration aménagé par des ergothérapeutes. Pour prendre rendez-vous, contactez le CRIAS (lien vers la page de leur site).

Si toutefois ces aménagements sécuritaires n’améliorent pas la situation et que des chutes ont toujours lieu, consultez sans tarder votre médecin traitant pour réaliser un bilan.

Lire la suite
Seniors : que faire en cas de chute ?

Seniors : que faire en cas de chute ?

On pense souvent à tort qu’une personne tombe parce qu’elle est âgée. Pourtant, la chute n’est pas un phénomène anodin et n’est pas synonyme de vieillesse. Une chute peut avoir de lourdes conséquences, aussi bien physiques que psychologiques et sociales.



bonnes pratiques chute seniors


Le bon comportement face à une chute

 

Vous avez trouvé votre proche au sol ?

Si la personne est blessée ou inconsciente, ne la touchez surtout pas, vous pourriez aggraver son état ou causer d’autres blessures. Appelez les pompiers (18) puis placez un oreiller sous sa tête et une couverture sur elle en attendant les secours. Sachez qu’une intervention des pompiers ne conduit pas toujours à l’hôpital.

 

Vous avez été appelé par Alerte pour aider votre proche à se relever ?

Si vous avez été appelé pour intervenir, c’est que la personne a besoin de votre assistance pour se relever. Essayez d’abord de l’encourager à se relever seule en lui indiquant les mouvements nécessaires (voir la procédure pour se relever seul un peu plus bas). En effet, c’est plus positif pour la personne si elle réussit à se relever seule.

Si la personne ne parvient pas à se relever, déclenchez son alarme de téléassistance qui contactera les pompiers ou contactez-les par vous-même selon votre convenance.

 

Vous êtes tombé et n’arrivez pas à vous relever ?

Appuyez immédiatement sur votre bouton d’alarme pour avertir notre centre d’écoute. Votre situation a été prise en charge, il n’y a plus de raison de vous inquiéter. En attendant que les secours envoyés par Alerte arrivent, essayez de rester calme. Respirez lentement pour vous relaxer.

 

Comment se relever seul ?

Arriver à se relever seul permet d’éviter certains aspects stigmatisants de la chute comme la peur et l’angoisse liées au fait de rester au sol jusqu’à que quelqu’un porte secours.

 

Voici les étapes de la procédure pour se relever seul :

 

  1. En position sur le dos, pliez une jambe pour pouvoir rouler sur le côté opposé.
  2. Retournez-vous sur le ventre
  3. Mettez-vous en position du chevalier : un genou à terre, l’autre jambe tendue
  4. Amenez la jambe tendue en position pliée pour vous mettre à quatre pattes.
  5. Hissez-vous en vous appuyant à un meuble suffisamment stable comme une chaise.

 

 

Que faire après une chute ?


Lorsqu’une personne est tombée, il faut le mentionner à son médecin traitant.

Si des chutes à répétition ont lieu malgré une sécurisation du logement (lire notre article pour prévenir les chutes), il est indispensable de réaliser un bilan médical. Certaines chutes peuvent être liées à des problèmes de santé qu’il faut considérer.

Lire la suite
Les maladies associées à l’âge

Les maladies associées à l’âge

Certaines maladies ont tendance à se manifester et à se développer tout particulièrement chez les personnes âgées.






maladies seniors


Les maladies neurologiques


Alzheimer

Cette maladie dégénérative détruit les cellules du cerveau qui sont associées à la mémoire et au langage. Elle endommage, au fil du temps, les facultés cognitives. A un stade avancé, le malade oublie son passé et ne peut plus rien mémoriser jusqu’à perdre toute autonomie. Pour plus d'informations, consultez l'Association France Alzheimer.

Parkinson

Cette pathologie liée à l'âge affectant le système nerveux en tuant lentement les neurones présents dans le cerveau et qui permettent le mouvement. Le malade voit ses mouvements changer au fur et à mesure devenant rigides puis saccadés et parfois incontrôlables.

 

Les maladies osseuses


L'arthrose

L’arthrose est une dégradation du cartilage recouvrant l’extrémité des os au niveau des articulations qui provoque une raideur articulaire douloureuse et handicapante.

L'ostéoporose

Il s’agit d’une fragilité osseuse (très fréquente chez les femmes de plus de 65 ans) qui entraine un risque de fracture important. Elle est le résultat d’un dysfonctionnement du renouvellement cellulaire de l'os.

 

Les problèmes de vue

 

La cataracte

Il s’agit d’une altération de la vision qui rend la vision de plus en plus trouble, car le cristallin devient de plus en plus opaque et ne laisse plus passer les rayons lumineux.

La dégénérescence maculaire

La dégénérescence de la macula, zone située dans la rétine entraine une perte progressive de la vision centrale avec l'apparition d'une tache sombre.



Des risques accrus

 

  • Les chutes sont plus fréquentes et ont souvent plus de conséquences

  • Les fractures (pouvant être liées à l’ostéoporose) sont plus difficiles à soigner

 

  • Les jambes lourdes, causées par une moins bonne circulation

 

  • Le déficit de l’audition qui nécessite souvent le port d’appareils auditifs appropriés

Lire la suite
Partir en cure

Partir en cure


Partir en cure : quels bienfaits ? Comment s'organiser ? Toutes les réponses dans cet article !



Les bienfaits d’une cure


eau cure

Les cures ont de nombreux bénéfices pour la santé et le bien-être. Les cures en thalasso sont davantage tournées vers le bien-être de la personne tandis que les cures thermales traitent des problèmes de santé. Chez les seniors, les cures thermales peuvent traiter plusieurs maux liés à l’âge tels que les problèmes de circulation vasculaire, les désagréments de la ménopause, les rhumatismes, problèmes d’articulation, l’arthrose et bien d’autres pathologies.

Les eaux thermales ont différentes propriétés :

  • Eaux sulfurées : pour les maladies des voies respiratoires
  • Eaux sulfatées : traitement de la peau, maladies métaboliques
  • Eaux chlorurées : troubles du développement
  • Eaux bicarbonatées : système digestif, traitement de la peau

 

Choisir sa cure


Il existe deux grands types de cure : les cures thermales et les cures thalasso. Pour chacune, les techniques sont différentes.


Thermalisme

Cure thermale : la cure thermale recourt aux eaux thermales par voie interne (inhalation, injection…) ou externe (bains, douches…).

Pour bénéficier d’une cure thermale avec remboursement, la cure thermale doit notamment être prescrite par votre médecin pour une pathologie qui figure sur la liste de prise en charge de l’Assurance Maladie. L’établissement thermal doit être conventionné et la cure d’une durée de 18 jours consécutifs. Consultez toutes les conditions de l’Assurance Maladie. 

Chaque station thermale traite des maux différents grâce aux propriétés de sa source d’eau. Le choix de l’établissement doit donc se faire en lien avec les pathologies traitées et vos besoins. Votre médecin saura vous conseiller l’établissement le plus adapté.

  

Thalassothérapie

Cure en thalassothérapie : la cure thalasso utilise les produits de l’environnement marin tels que l’eau de mer, les algues, la boue marine sous forme de bains, d’enveloppements, de massages et modelages.

Les cures en thalasso ne font pas l’objet d’une prise en charge par l’Assurance Maladie car elles ont davantage un caractère préventif que curatif. Ainsi, si vous souhaitez faire une thalassothérapie, les frais seront entièrement à votre charge.

Il y a de nombreux centres de thalasso partout en France. Pour choisir celui qui vous correspond, renseignez-vous auprès des établissements pour connaître leurs offres afin d’identifier si celles-ci répondent à vos besoins.



Organiser sa cure thermale

 

Demander votre prise en charge

Si vous optez pour une cure thermale, vous devez d’abord demander une prise en charge de l’Assurance Maladie en passant par votre médecin.

Une fois que vous aurez obtenu un accord de prise en charge, vous pourrez effectuer votre réservation et organiser votre cure.

 

Réserver votre cure et votre hébergement

La première étape est de contacter l’établissement choisi pour réserver vos dates de séjour. Lorsque les dates sont validées, il faudra rechercher un hébergement. La plupart des stations thermales disposent de résidences pour accueillir les curistes. Sinon vous pouvez aussi vous tourner vers les hôtels, les campings et les chambres d’hôtes. Le choix dépendra notamment de votre montant de prise en charge, de votre budget et du niveau de confort que vous souhaitez avoir.

 

Prendre votre rendez-vous avec le médecin thermal

Avant d’entamer votre cure, vous devez rencontrer le médecin thermal qui prescrira les soins à suivre durant votre cure par le biais d’une évaluation de votre état de santé et d’échanges. Le centre thermal préparera ensuite en place un programme adapté aux préconisations du médecin.

 

Les documents à ne pas oublier 

Pour votre séjour, vous devez voyager avec vos documents de santé :

  • votre carte vitale ;
  • vos analyses médicales relatives à la pathologie traitée ;
  • votre carnet de santé ;
  • votre accord de prise en charge de l’Assurance Maladie.

 

Préparer vos activités pour votre temps libre

Les soins réalisés en cure ne durent que quelques heures par jour. Vous allez donc disposer de beaucoup de temps libre pendant votre cure. Diverses activités peuvent être réalisées sur ce temps libre en fonction du lieu où vous vous trouvez. Renseignez-vous auprès de la station thermale ou de l’Office du tourisme de la ville.

Quelques idées d’activités pour vous occuper :

  • Activités sportives : randonnée, yoga, golf, natation, etc.
  • Activités culturelles et touristiques : visiter les attractions touristiques à proximité tels que musées, monuments, etc.
  • Activités de détente : sieste, lecture, écriture…

 

Lire la suite
1ère hospitalisation : comment réagir ?

1ère hospitalisation : comment réagir ?

La première hospitalisation est toujours une phase difficile, d’autant plus si elle survient de manière inattendue. Pour gérer au mieux cette étape, plusieurs démarches sont à effectuer.




hospitalisation senior

Organiser son hospitalisation si elle est anticipée


  • Choisir l’établissement de santé dans lequel vous souhaitez être hospitalisé.
  • Préparer l’ensemble des documents requis par le bureau d’admission de l’établissement (consulter la liste des documents sur le site de l’Assurance Maladie : ameli.fr).

 

Gérer ses aides

  • Anticiper la suspension de vos aides à domicile et autres dispositifs. Pensez bien à prévenir de votre absence les différents intervenants à votre domicile. Si vous êtes abonné à la téléassistance ALERTE, n’oubliez pas de nous informer.

 

  • L’APA (allocation personnalisée d'autonomie)

Si vous bénéficiez de l’APA , il faut prévenir le conseil départemental et l’organisme de votre hospitalisation.

 

  • L’aide-ménagère 

Si vous bénéficiez de l’aide-ménagère, il faudra prévenir le CCAS (Centre Communal d’Action Sociale) ou la mairie.

 

Organiser son retour à domicile

Selon votre situation, vous pouvez bénéficier d’une à domicile après votre hospitalisation. Cette demande est réalisée par le service social de l’hôpital et sera ensuite mise en place, le cas échéant, par la CARSAT (Caisse d'Assurance Retraite et de la Santé au Travail).

Vous pouvez vous tourner vers un service de soins infirmiers ou polyvalent d’aide à domicile pour faciliter votre quotidien lors de votre retour. Vous pouvez par exemple demander un portage de repas ou l’installation de la téléassistance.

Chez Alerte, nous vous proposons un service de téléassistance qui fonctionne 24h/24, 7j/7, pour favoriser le maintien à domicile en toute sécurité. N’hésitez pas à consulter nos offres ou à nous contacter par téléphone pour plus d’informations : 04 37 24 28 18.

Lire la suite

6 Articles disponibles

Page(s) : 1 2

  • Expert depuis 40 ans dans la téléassistance

  • Une liaison 24h/24 avec notre centre d’écoute

  • Une maintenance totale du système

  • Une installation sous 48 heures

  • Aucun engagement de durée

  • Un service personnalisé

Nous contacter

Par téléphone 04 37 24 28 18
Du lundi au jeudi de 9h à 17h
Le vendredi de 8h30 à 16h

Par mail : contact@alerte-france.com

1er téléassisteur Certifié NF Service Téléassistance au domicile

Bulletin d'information Suivez-nous
Nos partenaires